La confidentialitĂ© n’a (presque) plus de secret pour nos professionnels

20141006_091847 Dans la droite lignĂ©e des thĂ©matiques chères aux salariĂ©s du CREPSE que sont le droit des usagers, la contractualisation de leur parcours, les bonnes pratiques professionnelles ou encore la bientraitance, la totalitĂ© des membres du personnel de l’Ă©tablissement s’est rĂ©uni lundi 6 octobre 2014 en sĂ©minaire pĂ©dagogique, sous l’impulsion de la direction, pour Ă©voquer la question de la confidentialitĂ©.

C’est une matinĂ©e riche en informations et en exemples concrets que le groupe de travail (composĂ© de cinq salariĂ©s volontaires) prĂ©posĂ© Ă  la prĂ©paration de ce sĂ©minaire sur le thème de la confidentialitĂ© a offert Ă  l’ensemble des professionnels de l’Ă©tablissement. L’intĂ©gralitĂ© des salariĂ©s Ă©tait en effet conviĂ© car la thĂ©matique est transversale et touche toutes les Ă©quipes : mĂ©dicales et pĂ©dagogiques bien sĂ»r, mais aussi administratives et celles garantes de l’hygiène, du gardiennage et plus largement de la qualitĂ© de vie de l’Ă©tablissement.

Des témoignages et questionnaires

Après une prĂ©sentation succincte des travaux Ă©laborĂ©s par l’Ă©quipe en charge de la thĂ©matique, qui a notamment fait appel Ă  des tĂ©moignages de partenaires extĂ©rieurs et des questionnaires auprès du personnel et des usagers pour Ă©tayer leurs propos et vĂ©rifier leur satisfaction (excellente par ailleurs !), c’est un intervenant spĂ©cialiste de la question qui a pris le micro trois heures durant.

C’est donc Jacques Honnorat, avec 29 ans d’expĂ©rience dans le secteur mĂ©dico-social et sanitaire, qui a parfaitement balayĂ© l’ensemble des termes que recouvre la confidentialitĂ© au sens large. Pour rĂ©pondre Ă  l’interrogation principale de la matinĂ©e : « Comment et Ă  qui divulguer des informations sur un usager dans le cadre du secret professionnel partagĂ© afin de respecter la lĂ©gislation mais Ă©galement en garantissant l’accompagnement le plus optimal possible ? »

Vaste question qui n’a pas pas trouvĂ© de rĂ©ponse dogmatique mais qui a eu le mĂ©rite d’ouvrir le dĂ©bat et de jalonner diffĂ©rentes notions primordiales telles que la confiance, le respect, le secret mĂ©dical, le devoir de rĂ©serve, l’Ă©thique, l’information partagĂ©e, la dĂ©ontologie, les prĂ©cautions d’usage ou le secret.

Un Ă©quilibre fragile

Tout est finalement question d’Ă©quilibre mais il a bien Ă©tĂ© rappelĂ© que l’accueil est le premier rendez-vous de l’usager en situation de handicap avec l’Ă©tablissement et que son intĂ©gration rĂ©ussie et la bonne comprĂ©hension de ses droits en son sein dĂ©pend en prioritĂ© du bon dĂ©roulement de ce moment privilĂ©giĂ©.

Comme la bientraitance, la contractualisation du parcours ou les droits des usagers, le respect de la confidentialitĂ© fait en tous les cas plus que jamais, après ce sĂ©minaire spĂ©cifique, l’objet de toutes les attentions de la part des professionnels de l’AREPSHA-CREPSE.

20141006_091935

20141006_091912

20141006_091847

Nos professionnels formĂ©s Ă  la rĂ©ponse aux appels d’offre

Les 19 et 20 mai 2014, huit professionnels de notre Ă©tablissement ont suivi une formation aux appels d’offre sous la houlette de Gisèle Cardot, avec un double objectif.

20140520_084830D’une part poursuivre le plan de montĂ©e en compĂ©tences du collectif de l’AREPSHA-CREPSE dĂ©fini dans le cadre du projet d’Ă©tablissement et d’autre part prendre la mesure du cadre lĂ©gislatif, mĂ©thodologique et organisationnel en matière de rĂ©ponse aux marchĂ©s publics de la formation professionnelle.

Le tout pour rĂ©pondre au mieux Ă  l’ensemble des exigences requises lors de la rĂ©ponse Ă  un appel d’offre, marchĂ©s sur lesquels le CREPSE a fait le choix de se positionner depuis de longs mois dĂ©jĂ .

Il s’agissait de la première session organisĂ©e sur cette thĂ©matique mais devant le succès de cette professionnalisation des plus utiles, une autre session est d’ores et dĂ©jĂ  prĂ©vue en septembre 2014, cette fois-ci ouverte aux salariĂ©s d’autres structures tels que des organismes de formation et en particulier d’autres Centres de RĂ©Ă©ducation Professionnelle.

L’Ă©tablissement travaille actuellement Ă  la rĂ©alisation d’un catalogue rĂ©pertoriant l’ensemble des offres de formation que nous sommes susceptibles de proposer aux employeurs, salariĂ©s ou dirigeants.

Vous aurez ainsi une vision beaucoup plus complète de nos prestations en matière de sensibilisation au handicap, de maintien dans l’emploi, de tutorat, de bilan d’orientation professionnelle, d’accompagnement dans l’alternance ou encore d’Ă©tude de postes.

Le tout devrait ĂŞtre ficelĂ© dans le courant de l’annĂ©e 2014, nous ne manquerons pas de vous informer dès que ce guide verra le jour. D’ici lĂ , n’hĂ©sitez pas Ă  nous joindre pour toute question, un devis sur-mesure sera rĂ©alisĂ© par nos Ă©quipes.

Le site Internet du CREPSE fait peau neuve !

Il était réclamé depuis de nombreux mois, voire années : le nouveau site Internet du Centre de formation et de Rééducation Professionnelle de Saint-Étienne (CREPSE) voit enfin le jour et toutes nos équipes sont fières de vous le présenter officiellement depuis le mois de septembre 2013.

Ce tout nouvel outil d’information vient complĂ©ter les dispositifs de communication dĂ©jĂ  mis en place ces derniers mois en direction des usagers, des employeurs et des professionnels de l’insertion, tels que la newsletter trimestrielle, le calendrier des formations, la plaquette ou encore la brochure de l’Ă©tablissement.

Avec ce site Internet flambant neuf, le CREPSE souhaite rĂ©affirmer sa volontĂ© d’ĂŞtre proche de ses usagers et de l’ensemble de l’environnement professionnel afin de  garantir la meilleure information possible pour tous.
Qui plus est, le Centre de Rééducation Professionnelle de Saint-Étienne (Loire) – le CREPSE –, qui œuvre au quotidien pour la reconversion professionnelle des personnes en situation de handicap, est actuellement engagé dans une phase de certification qualité pour valider ses engagements de services à l’égard des usagers, des entreprises et potentiels employeurs, et des partenaires de terrain.

C’est aussi dans le cadre de cette dĂ©marche que nous avons pensĂ© ce site, afin de le rendre facilement utilisable, Ă  la fois en termes de contenu et d’accessibilitĂ© handicap.

Outre les informations spĂ©cifiques Ă  chaque public que nous avons choisi de segmenter par des entrĂ©es diffĂ©renciĂ©es, vous pouvez ainsi retrouver sur ces pages l’ensemble des renseignements sur l’AREPSHA, notre association gestionnaire, sur notre Ă©tablissement, nos prestations, nos compĂ©tences, notre mode de fonctionnement, nos partenaires et rĂ©fĂ©rences, des informations pratiques, nos coordonnĂ©es et bien entendu toute l’actualitĂ© du CREPSE et bien plus encore.

La principale innovation, attendue par tous, est l’agenda complet de nos dispositifs de formation. Vous pouvez notamment consulter le nombre de places restantes et nous contacter directement pour intĂ©grer l’un de nos modules de formation.

L’autre atout de ce site, que vous aurez tout loisir de visiter, est la technologie du « One page » que nous avons souhaitĂ© intĂ©grer pour faciliter la navigation et limiter le nombre de clics. Ainsi, les diffĂ©rents contenus des catĂ©gories du menu principal sont facilement consultables, en une seule fois, par simple dĂ©filement.

Ce site Internet se veut un outil d’information interactif, n’hĂ©sitez donc pas Ă  nous solliciter et Ă  nous faire part de vos remarques pour l’amĂ©liorer continuellement.
Au fil des semaines, il sera d’ailleurs enrichi en contenu photographique.

Bonne navigation et bonne lecture !
Merci mille fois de votre confiance !

Le CREPSE en séminaire à Saint-Victor-sur-Loire

Ă€ l’initiative de la direction du CREPSE, salariĂ©s et dĂ©lĂ©guĂ©s des usagers se sont rĂ©unis toute la journĂ©e du 12 septembre 2013 au château de Saint-Victor-sur-Loire, Ă  quelques encablures de Saint-Étienne. Un cadre propice Ă  l’Ă©change et Ă  la rĂ©flexion, la journĂ©e ayant pour but d’Ă©voquer trois grands thèmes, primordiaux dans l’Ă©volution de l’Ă©tablissement : la dĂ©marche projet dans le cadre de l’accompagnement de l’usager, la crĂ©ation de centres ressources et enfin le rĂ´le du rĂ©fĂ©rent de parcours.

Dense et particulièrement intéressant, le programme a notamment fait la part belle aux présentations théoriques des notions, appuyées par des cas pratiques exposés par quelques-uns des salariés du CREPSE.
Des groupes de travail ont ensuite Ă©tĂ© mis en place afin que chacun puisse Ă©changer sur ces diffĂ©rentes thĂ©matiques et s’exprimer, y compris les reprĂ©sentants des usagers dont la parole et les avis sont source de progression.

Après un repas pris en commun dans la bonne humeur et un après-midi studieux, la journĂ©e s’est conclue par une synthèse de l’Ă©quipe dirigeante d’après les remontĂ©es d’information des diffĂ©rents groupes constituĂ©s.
L’occasion de faire part de dĂ©cisions importantes, tant en matière de formation que d’Ă©chĂ©ances, dans la volontĂ© toujours intacte de valoriser les compĂ©tences et l’expertise du CREPSE, au service de l’usager, plus que jamais placĂ© au cĹ“ur du dispositif.

Une montĂ©e en puissance d’ici janvier 2016 qui devrait encore permettre Ă  l’Ă©tablissement de progresser dans la prise en compte du handicap et ainsi de rappeler son extraordinaire capacitĂ© Ă  se renouveler et innover.

Les troubles DYS au centre des attentions du CREPSE

A la demande de la direction du CREPSE, les Ă©quipes mĂ©dicales, paramĂ©dicales et pĂ©dagogiques de notre Ă©tablissement ont instaurĂ© un observatoire pour Ă©tudier et analyser les spĂ©cificitĂ©s des troubles DYS et leur compensation. Le tout en s’appuyant sur une Ă©tude de terrain auprès de jeunes DYS, et moins jeunes.

L’objectif Ă©tait ainsi de repĂ©rer les stagiaires DYS reçus au sein du CREPSE mais Ă©galement d’interroger quelques professionnels, Ă©galement atteints de DYS, avec trois missions dĂ©coulant de la formalisation de ce panel :

– RepĂ©rer les compensations mises en place par ces personnes

– Voir comment on peut accompagner les jeunes qui arrivent sur le marchĂ© de l’emploi, pour les outiller dans leur vie professionnelle

– AmĂ©liorer l’information du personnel du CREPSE et l’accompagnement proposĂ© Ă  ce public par des outils concrets.

L’enquĂŞte de l’observatoire s’est appuyĂ©e sur deux groupes de personnes adultes :
– 8 dyslexiques (Trouble spĂ©cifique de dĂ©veloppement du langage Ă©crit, gĂ©nĂ©ralement accompagnĂ© de dysorthographie).
– 3 dyspraxiques (Trouble d’acquisition de la coordination motrice)
– 1 avec les deux troubles

Chez les adultes reçus, les troubles DYS ont été révélés au cours d’une reconversion professionnelle liée à une autre problématique.

L’enquĂŞte a dĂ©montrĂ© que ces personnes, dĂ©jĂ  insĂ©rĂ©es dans le monde du travail et faisant partie de gĂ©nĂ©rations plus anciennes ont Ă©tĂ© initiatrices et actrices de leur parcours avec une rĂ©elle inventivitĂ©. On peut parler d’intelligence adaptative. Elles ont parfois eu recours Ă  une professionnalisation plus technique mais ont en commun cette formidable capacitĂ© Ă  se projeter.

Les jeunes DYS, en revanche, ont intégré leur handicap dans leur identité, avec un repérage vers 5 ans, une prise en charge au niveau de la scolarité, de nombreuses aides extérieures, une compensation de tous les instants par des équipes médicosociales spécialisées.

Ce qui induit des difficultĂ©s pour le passage dans la vie professionnelle par manque d’autonomie et des capacitĂ©s d’initiative et de crĂ©ativitĂ© pas suffisamment exploitĂ©es. Ces jeunes DYS sont bien souvent en attente d’une solution venant de leur environnement, ou d’un poste professionnel adaptĂ© spĂ©cifiquement Ă  leur problème.

Quels constats et quelles perspectives ?
> Différence énorme entre le monde scolaire et le monde professionnel
> Mieux repérer pour mieux accompagner
> Aider les jeunes à retrouver des capacités de créativité
> Étoffer le partenariat
> Croiser les regards de différents professionnels

L’objectif de cet observatoire pilotĂ© par le CREPSE est de mettre en place un protocole et de trouver des solutions dans la prise en compte des troubles DYS. Des solutions sont possibles et la diffĂ©rence de comportement vis-Ă -vis d’un mĂŞme handicap par deux gĂ©nĂ©rations opposĂ©es est Ă©vidente.

Cela impacte forcĂ©ment le parcours et l’insertion professionnelle des jeunes DYS qui souffrent de ne pas avoir un comportement davantage assertif. Sans faire de gĂ©nĂ©ralitĂ© car il y a des contre-exemples dans chacun des groupes Ă©tudiĂ©s, on peut tout de mĂŞme conclure en disant que la capacitĂ© d’adaptation et de crĂ©ativitĂ© des personnes souffrant de troubles DYS est moindre s’ils sont totalement pris en charge par leur environnement. Et c’est sans doute un Ă©cueil plus important encore que le trouble DYS en lui-mĂŞme.

Cela implique donc Ă  l’avenir la poursuite de ce travail approfondi dĂ©butĂ© par l’observatoire, le recoupement et la vĂ©rification d’informations complĂ©mentaires, et la mise en place de stratĂ©gies coordonnĂ©es pour essayer de faire des situations « rĂ©solues » des cas duplicables.

En bref, il existe encore tout un pan, un champ de savoirs inexplorĂ©, et le CREPSE souhaite continuer dans cette voie pour l’Ă©tudier et le restituer, dĂ©couvrir les bonnes pratiques et surtout les transmettre, toujours dans l’intĂ©rĂŞt de la personne en situation de handicap.
Les professionnels du CREPSE réitèrent ainsi leur volonté d’ouvrir le champ d’investigation aux jeunes travailleurs handicapés en général, y compris ceux souffrant d’autres pathologies comme les troubles neuromusculaires, psychologiques ou une lésion cérébrale acquise. Le principal objectif pour chacun d’entre eux étant de gagner en autonomie, en maturité, en assurance et en technicité pour s’ouvrir les portes du marché de l’emploi, malgré un manque de compétences reconnu par les employeurs.