La confidentialitĂ© n’a (presque) plus de secret pour nos professionnels

20141006_091847 Dans la droite lignĂ©e des thĂ©matiques chères aux salariĂ©s du CREPSE que sont le droit des usagers, la contractualisation de leur parcours, les bonnes pratiques professionnelles ou encore la bientraitance, la totalitĂ© des membres du personnel de l’Ă©tablissement s’est rĂ©uni lundi 6 octobre 2014 en sĂ©minaire pĂ©dagogique, sous l’impulsion de la direction, pour Ă©voquer la question de la confidentialitĂ©.

C’est une matinĂ©e riche en informations et en exemples concrets que le groupe de travail (composĂ© de cinq salariĂ©s volontaires) prĂ©posĂ© Ă  la prĂ©paration de ce sĂ©minaire sur le thème de la confidentialitĂ© a offert Ă  l’ensemble des professionnels de l’Ă©tablissement. L’intĂ©gralitĂ© des salariĂ©s Ă©tait en effet conviĂ© car la thĂ©matique est transversale et touche toutes les Ă©quipes : mĂ©dicales et pĂ©dagogiques bien sĂ»r, mais aussi administratives et celles garantes de l’hygiène, du gardiennage et plus largement de la qualitĂ© de vie de l’Ă©tablissement.

Des témoignages et questionnaires

Après une prĂ©sentation succincte des travaux Ă©laborĂ©s par l’Ă©quipe en charge de la thĂ©matique, qui a notamment fait appel Ă  des tĂ©moignages de partenaires extĂ©rieurs et des questionnaires auprès du personnel et des usagers pour Ă©tayer leurs propos et vĂ©rifier leur satisfaction (excellente par ailleurs !), c’est un intervenant spĂ©cialiste de la question qui a pris le micro trois heures durant.

C’est donc Jacques Honnorat, avec 29 ans d’expĂ©rience dans le secteur mĂ©dico-social et sanitaire, qui a parfaitement balayĂ© l’ensemble des termes que recouvre la confidentialitĂ© au sens large. Pour rĂ©pondre Ă  l’interrogation principale de la matinĂ©e : « Comment et Ă  qui divulguer des informations sur un usager dans le cadre du secret professionnel partagĂ© afin de respecter la lĂ©gislation mais Ă©galement en garantissant l’accompagnement le plus optimal possible ? »

Vaste question qui n’a pas pas trouvĂ© de rĂ©ponse dogmatique mais qui a eu le mĂ©rite d’ouvrir le dĂ©bat et de jalonner diffĂ©rentes notions primordiales telles que la confiance, le respect, le secret mĂ©dical, le devoir de rĂ©serve, l’Ă©thique, l’information partagĂ©e, la dĂ©ontologie, les prĂ©cautions d’usage ou le secret.

Un Ă©quilibre fragile

Tout est finalement question d’Ă©quilibre mais il a bien Ă©tĂ© rappelĂ© que l’accueil est le premier rendez-vous de l’usager en situation de handicap avec l’Ă©tablissement et que son intĂ©gration rĂ©ussie et la bonne comprĂ©hension de ses droits en son sein dĂ©pend en prioritĂ© du bon dĂ©roulement de ce moment privilĂ©giĂ©.

Comme la bientraitance, la contractualisation du parcours ou les droits des usagers, le respect de la confidentialitĂ© fait en tous les cas plus que jamais, après ce sĂ©minaire spĂ©cifique, l’objet de toutes les attentions de la part des professionnels de l’AREPSHA-CREPSE.

20141006_091935

20141006_091912

20141006_091847