C’est un poids-lourd de l’optique qu’une dizaine d’usagers de notre établissement, encadrés par trois accompagnateurs, ont eu la chance de visiter vendredi 19 septembre 2014 pendant près de trois heures. Une immersion dans les coulisses d’une entreprise à la pointe de la technologie qui a pourtant su conserver son savoir-faire historique dépendant principalement de la main de l’homme.

Au point culminant de Saint-Héand (700 mètres), un petit village du département de la Loire (42), se dresse fièrement l’entreprise Angénieux, marque du groupe national et international Thalès.

Depuis près de 80 ans, ce fabricant d’optiques de précision s’est forgé une solide renommée qui dépasse aisément les frontières ligériennes et ce sont ainsi tous les procédés de fabrication, des produits d’exception et des femmes et des hommes passionnés que les usagers du CREPSE ont pu découvrir au fil d’une riche matinée. Matinée rythmée par un accueil des plus chaleureux dans toutes les parties de cette entreprise forte de 400 collaborateurs qui a fait de l’optique, des lentilles et des jumelles de vision nocturne pour une utilisation par toutes les armées du monde ses produits phares.

C’est ce large éventail qui fait toute l’originalité de cette entreprise qui fabrique aussi bien les meilleurs objectifs du monde pour la production cinématographique et audiovisuelle que des jumelles affiliées à des armes de guerre, ce qui explique que 70% de son chiffre d’affaires est effectué à l’étranger.

Des produits de très haute technologie

Au cours de cette visite particulièrement instructive, la douzaine de visiteurs du CREPSE s’est laissée guider dans tous les couloirs et ateliers de fabrication où, étonnamment, bien qu’industrialisées, les chaînes de montage, d’assemblage et de réglage laissent une part prépondérante à l’action manuelle et à la dextérité des salariés. Que ce soit pour le polissage des lentilles, le fraisage, la gravure et bien sûr les réglages et bilans finaux qui se jouent parfois à un micron voire moins. Sans oublier la fabrication des jumelles de vision nocturne, à infrarouges, capables de détecter une source de chaleur dans la nuit.

Chaque petit « joujou » – objectif ou paire de jumelles – qui quitte les murs de Saint-Héand vaut plusieurs dizaines de milliers d’euros. D’où la sécurité quasi-militaire qui règne à l’intérieur du site, autant pour la sécurité de tous que pour la confidentialité autour des produits. Car aux dires même des représentants de Thalès-Angénieux, si l’entreprise a toutes les contraintes d’une société de haute technologie, elle a conservé un savoir-faire quasi-artisan.

Et la meilleure preuve en est que de nombreux salariés de Thalès rencontrés occupent des postes après une formation interne de premier plan et un recrutement plus basé sur les aptitudes, le savoir-être et les habiletés que sur les diplômes. Car ce que recherche Thalès-Angénieux, ce sont avant tout des talents. Et il en faut pour produire des articles à haute valeur ajoutée qui se doivent d’être irréprochables. Le nettoyage des lentilles, leur polissage ou l’ultime réglage des objectifs en sont les exemples les plus parlants, qui ont d’ailleurs véritablement époustouflés les usagers du CREPSE. Et quand on sait qu’Angénieux remplit très largement son obligation d’emploi de personnes en situation de handicap à hauteur de 9,6%, on ne peut que souligner son investissement dans le domaine et sa réussite.

Changer les a priori sur des secteurs d’activité

Après la salvatrice visite d’Orange fin 2013, c’est à n’en pas douter une visite qui aura été riche d’enseignements sur des métiers technique et dans une branche professionnelle qui paraissait inaccessible pour certains et qui pourrait bien finalement avoir suscité des vocations après avoir découvert la réalité du monde du travail trop souvent empreinte de fausses représentations sur les postes et métiers.

Toute l’équipe de l’AREPSHA-CREPSE remercie vivement l’entreprise Thalès-Angénieux pour la qualité de son accueil.

20140919_08565620140919_085648