La confidentialité n’a (presque) plus de secret pour nos professionnels

20141006_091847 Dans la droite lignée des thématiques chères aux salariés du CREPSE que sont le droit des usagers, la contractualisation de leur parcours, les bonnes pratiques professionnelles ou encore la bientraitance, la totalité des membres du personnel de l’établissement s’est réuni lundi 6 octobre 2014 en séminaire pédagogique, sous l’impulsion de la direction, pour évoquer la question de la confidentialité.

C’est une matinée riche en informations et en exemples concrets que le groupe de travail (composé de cinq salariés volontaires) préposé à la préparation de ce séminaire sur le thème de la confidentialité a offert à l’ensemble des professionnels de l’établissement. L’intégralité des salariés était en effet convié car la thématique est transversale et touche toutes les équipes : médicales et pédagogiques bien sûr, mais aussi administratives et celles garantes de l’hygiène, du gardiennage et plus largement de la qualité de vie de l’établissement.

Des témoignages et questionnaires

Après une présentation succincte des travaux élaborés par l’équipe en charge de la thématique, qui a notamment fait appel à des témoignages de partenaires extérieurs et des questionnaires auprès du personnel et des usagers pour étayer leurs propos et vérifier leur satisfaction (excellente par ailleurs !), c’est un intervenant spécialiste de la question qui a pris le micro trois heures durant.

C’est donc Jacques Honnorat, avec 29 ans d’expérience dans le secteur médico-social et sanitaire, qui a parfaitement balayé l’ensemble des termes que recouvre la confidentialité au sens large. Pour répondre à l’interrogation principale de la matinée : « Comment et à qui divulguer des informations sur un usager dans le cadre du secret professionnel partagé afin de respecter la législation mais également en garantissant l’accompagnement le plus optimal possible ? »

Vaste question qui n’a pas pas trouvé de réponse dogmatique mais qui a eu le mérite d’ouvrir le débat et de jalonner différentes notions primordiales telles que la confiance, le respect, le secret médical, le devoir de réserve, l’éthique, l’information partagée, la déontologie, les précautions d’usage ou le secret.

Un équilibre fragile

Tout est finalement question d’équilibre mais il a bien été rappelé que l’accueil est le premier rendez-vous de l’usager en situation de handicap avec l’établissement et que son intégration réussie et la bonne compréhension de ses droits en son sein dépend en priorité du bon déroulement de ce moment privilégié.

Comme la bientraitance, la contractualisation du parcours ou les droits des usagers, le respect de la confidentialité fait en tous les cas plus que jamais, après ce séminaire spécifique, l’objet de toutes les attentions de la part des professionnels de l’AREPSHA-CREPSE.

20141006_091935

20141006_091912

20141006_091847