Les troubles DYS au centre des attentions du CREPSE

A la demande de la direction du CREPSE, les Ă©quipes mĂ©dicales, paramĂ©dicales et pĂ©dagogiques de notre Ă©tablissement ont instaurĂ© un observatoire pour Ă©tudier et analyser les spĂ©cificitĂ©s des troubles DYS et leur compensation. Le tout en s’appuyant sur une Ă©tude de terrain auprès de jeunes DYS, et moins jeunes.

L’objectif Ă©tait ainsi de repĂ©rer les stagiaires DYS reçus au sein du CREPSE mais Ă©galement d’interroger quelques professionnels, Ă©galement atteints de DYS, avec trois missions dĂ©coulant de la formalisation de ce panel :

– RepĂ©rer les compensations mises en place par ces personnes

– Voir comment on peut accompagner les jeunes qui arrivent sur le marchĂ© de l’emploi, pour les outiller dans leur vie professionnelle

– AmĂ©liorer l’information du personnel du CREPSE et l’accompagnement proposĂ© Ă  ce public par des outils concrets.

L’enquĂŞte de l’observatoire s’est appuyĂ©e sur deux groupes de personnes adultes :
– 8 dyslexiques (Trouble spĂ©cifique de dĂ©veloppement du langage Ă©crit, gĂ©nĂ©ralement accompagnĂ© de dysorthographie).
– 3 dyspraxiques (Trouble d’acquisition de la coordination motrice)
– 1 avec les deux troubles

Chez les adultes reçus, les troubles DYS ont été révélés au cours d’une reconversion professionnelle liée à une autre problématique.

L’enquĂŞte a dĂ©montrĂ© que ces personnes, dĂ©jĂ  insĂ©rĂ©es dans le monde du travail et faisant partie de gĂ©nĂ©rations plus anciennes ont Ă©tĂ© initiatrices et actrices de leur parcours avec une rĂ©elle inventivitĂ©. On peut parler d’intelligence adaptative. Elles ont parfois eu recours Ă  une professionnalisation plus technique mais ont en commun cette formidable capacitĂ© Ă  se projeter.

Les jeunes DYS, en revanche, ont intégré leur handicap dans leur identité, avec un repérage vers 5 ans, une prise en charge au niveau de la scolarité, de nombreuses aides extérieures, une compensation de tous les instants par des équipes médicosociales spécialisées.

Ce qui induit des difficultĂ©s pour le passage dans la vie professionnelle par manque d’autonomie et des capacitĂ©s d’initiative et de crĂ©ativitĂ© pas suffisamment exploitĂ©es. Ces jeunes DYS sont bien souvent en attente d’une solution venant de leur environnement, ou d’un poste professionnel adaptĂ© spĂ©cifiquement Ă  leur problème.

Quels constats et quelles perspectives ?
> Différence énorme entre le monde scolaire et le monde professionnel
> Mieux repérer pour mieux accompagner
> Aider les jeunes à retrouver des capacités de créativité
> Étoffer le partenariat
> Croiser les regards de différents professionnels

L’objectif de cet observatoire pilotĂ© par le CREPSE est de mettre en place un protocole et de trouver des solutions dans la prise en compte des troubles DYS. Des solutions sont possibles et la diffĂ©rence de comportement vis-Ă -vis d’un mĂŞme handicap par deux gĂ©nĂ©rations opposĂ©es est Ă©vidente.

Cela impacte forcĂ©ment le parcours et l’insertion professionnelle des jeunes DYS qui souffrent de ne pas avoir un comportement davantage assertif. Sans faire de gĂ©nĂ©ralitĂ© car il y a des contre-exemples dans chacun des groupes Ă©tudiĂ©s, on peut tout de mĂŞme conclure en disant que la capacitĂ© d’adaptation et de crĂ©ativitĂ© des personnes souffrant de troubles DYS est moindre s’ils sont totalement pris en charge par leur environnement. Et c’est sans doute un Ă©cueil plus important encore que le trouble DYS en lui-mĂŞme.

Cela implique donc Ă  l’avenir la poursuite de ce travail approfondi dĂ©butĂ© par l’observatoire, le recoupement et la vĂ©rification d’informations complĂ©mentaires, et la mise en place de stratĂ©gies coordonnĂ©es pour essayer de faire des situations « rĂ©solues » des cas duplicables.

En bref, il existe encore tout un pan, un champ de savoirs inexplorĂ©, et le CREPSE souhaite continuer dans cette voie pour l’Ă©tudier et le restituer, dĂ©couvrir les bonnes pratiques et surtout les transmettre, toujours dans l’intĂ©rĂŞt de la personne en situation de handicap.
Les professionnels du CREPSE réitèrent ainsi leur volonté d’ouvrir le champ d’investigation aux jeunes travailleurs handicapés en général, y compris ceux souffrant d’autres pathologies comme les troubles neuromusculaires, psychologiques ou une lésion cérébrale acquise. Le principal objectif pour chacun d’entre eux étant de gagner en autonomie, en maturité, en assurance et en technicité pour s’ouvrir les portes du marché de l’emploi, malgré un manque de compétences reconnu par les employeurs.