Version revue et enrichie de la brochure de l’AREPSHA-CREPSE

Il s’agissait de l’un des gros chantiers de ce premier semestre 2015 : revoir intĂ©gralement le contenu de la brochure de l’AREPSHA-CREPSE, d’une part pour l’actualiser, et d’autre part pour enrichir la prĂ©cĂ©dente version qui comportait dĂ©jĂ  28 pages. Depuis juin 2015, la nouvelle mouture en comporte dĂ©sormais 32 et fait office de vĂ©ritable guide.

L’ensemble des textes ont Ă©tĂ© revus, corrigĂ©s et rĂ©actualisĂ©s, sans compter l’apparition de nouveaux visuels qui sont venus enrichir le document et quatre pages ont donc Ă©tĂ© ajoutĂ©es avec l’ajout de thĂ©matiques importantes : la labellisation APP (Atelier de PĂ©dagogie PersonnalisĂ©e), le Dispositif 3A, l’alternance, la formation Agent Technique de DĂ©chèterie, le nouveau projet d’Ă©tablissement en cours d’Ă©laboration, les formations de droit commun proposĂ©es aux employeurs, l’Ă©valuation externe, etc.

Et vous trouverez en page 29 un schĂ©ma reprĂ©sentant l’organisation des dispositifs de formation au sein de l’AREPSHA-CREPSE ou comment comprendre en un coup d’oeil l’éventail des possibilitĂ©s qu’offre notre Ă©tablissement. Il Ă©tait rĂ©clamĂ© depuis longtemps, le voilĂ  !

Pour consulter la brochure en PDF basse définition, merci de cliquer ICI

Bonne lecture !

Cérébrolésion : le colloque Resaccel 42 sur un air européen

Le rĂ©seau d’accompagnement des personnes cĂ©rĂ©brolĂ©sĂ©es de la Loire, Resaccel 42, organisait son troisième colloque annuel jeudi 2 avril au soir, avec la prĂ©sence exceptionnelle de Jean-François Chossy, ancien dĂ©putĂ© et rapporteur de la loi sur l’Ă©galitĂ© des chances de 2005, et de deux reprĂ©sentants du centre bruxellois de la Braise, spĂ©cialiste de la lĂ©sion cĂ©rĂ©brale.

Environ 90 personnes se sont massĂ©es dans l’amphithéâtre de l’IREIS Ă  Firminy (Institut RĂ©gional et EuropĂ©en des mĂ©tiers de l’Intervention Sociale RhĂ´ne-Alpes), dont quelques dizaines d’Ă©tudiants, pour assister, trois heures durant, au colloque organisĂ© par Resaccel 42.

C’est Jean-François Chossy qui a ouvert le bal en faisant un Ă©tat des lieux du regard de la sociĂ©tĂ© sur le handicap, dix ans après la loi de 2005 qu’il a lui-mĂŞme rĂ©digĂ©e en tant que dĂ©putĂ© de la Loire. Des propos pleins d’enthousiasme et de sagesse, sans paradoxe aucun, pour ensuite transmettre le micro Ă  plusieurs structures, dont IMC Loire et L’Adapt RhĂ´ne notamment, qui ont partagĂ© leur connaissance de la cĂ©rĂ©brolĂ©sion et de l’accompagnement de jour.

Le centre belge de la Braise faisait l’honneur Ă  l’assemblĂ©e d’ĂŞtre prĂ©sent pour clore les dĂ©bats par l’intermĂ©diaire de Christine Croisiaux et Bernard De Roover, respectivement directrice et prĂ©sident, qui ont partagĂ© le mode de fonctionnement de leur structure et les particularismes du secteur mĂ©dico-social en Belgique. Un tĂ©moignage captivant qui a permis de mettre en exergue le perpĂ©tuel dĂ©sir d’innovation et d’excellence du centre de la La Braise dans l’accompagnement des personnes cĂ©rĂ©brolĂ©sĂ©es mais Ă©galement des aidants proches.

La thĂ©matique des aidants proches a d’ailleurs tellement plu qu’une petite dizaine de protagonistes professionnels issues de divers Ă©tablissements de la Loire, s’est retrouvĂ©e le lendemain matin dans les locaux de l’AREPSHA-CREPSE pour poursuivre le dĂ©bat lors d’une matinĂ©e consacrĂ©e Ă  l’Ă©change de pratiques avant qu’un dĂ©jeuner convivial ne vienne conclure ces deux jours très enrichissants au niveau professionnel de la meilleure des manières.

Les directions des deux Ă©tablissements que sont La Braise et l’AREPSHA-CREPSE n’ont d’ailleurs pas manquĂ© de se donner rendez-vous pour une rencontre ultĂ©rieure qui marque peut-ĂŞtre le dĂ©but d’un partenariat aux allures europĂ©ennes…

>>> Cliquez ici pour visualiser l’ensemble de l’album-photos

20150403_100421_resized 20150403_100403_resized 20150403_100347_resized 20150402_194419_resized 20150402_174918_resized 20150402_174609_resized 20150402_174554_resized20150402_174529_resized

Un séminaire 2015 entre bilan et perspectives

C’est dĂ©sormais une bonne habitude ancrĂ©e chez tous les salariĂ©s de l’AREPSHA-CREPSE : se rassembler au dĂ©but de chaque annĂ©e Ă  l’occasion d’un sĂ©minaire de travail et d’Ă©changes. Des reprĂ©sentants des usagers et du conseil d’administration de l’association Ă©taient Ă©galement prĂ©sents ce lundi 26 janvier 2015 pour une journĂ©e instructive et conviviale aux allures de charnière puisqu’elle s’inscrivait comme le bilan partagĂ© du projet d’Ă©tablissement 2010-2015 et la phase de rĂ©flexion prĂ©paratoire du projet d’Ă©tablissement 2015-2020.

Après une collation fort sympathique autour d’un cafĂ© et de quelques viennoiseries, l’ensemble des participants, soit un peu plus de cinquante personnes, a Ă©tĂ© accueilli par David Mazoyer, directeur de l’AREPSHA-CREPSE, en ouverture de cette journĂ©e de sĂ©minaire qui se voulait tout aussi studieuse que conviviale.

C’est tout d’abord Jacques Landy, adjoint de direction en charge des ressources humaines et financières, qui a prĂ©sentĂ© les donnĂ©es chiffrĂ©es du bilan de la feuille de route 2014 avant que David Mazoyer n’Ă©voque la partie qualitative de cette annĂ©e qui aura permis de mettre en lumière les atouts de notre Ă©tablissement, les efforts fournis et les projets restant Ă  finaliser. Le focus 2014 s’est poursuivi par l’intervention de membres de chacun des pĂ´les de compĂ©tence qui composent l’organigramme de l’AREPSHA-CREPSE, puis par un bilan complet du projet d’Ă©tablissement 2010-2015 par David Mazoyer qui a soumis Ă  l’approbation gĂ©nĂ©rale les diffĂ©rents axes de travail rĂ©alisĂ©s. Le bilan du projet d’Ă©tablissement 2010-2015 a ainsi Ă©tĂ© entĂ©rinĂ© Ă  l’unanimitĂ©.

La rénovation des bâtiments, clé de voûte du projet 2015-2020

Le dĂ©jeuner pris sur place a permis une cĂ©sure Ă -propos avant d’embrayer sur les perspectives et prospectives 2015 avec une prĂ©sentation des axes de travail par Laure Bouvet-Mossaz, adjointe de direction en charge de la formation. Cette dernière a notamment insistĂ© sur la stabilisation du module accueil mis en place depuis quelques semaines, la crĂ©ation des centres ressources ou encore la rĂ©novation de l’accompagnement Ă  l’emploi des usagers. Le dispositif 3A est ensuite intervenu par la voix de ses dĂ©positaires Gilles Jourjon et Christiane Françon, pour rappeler l’importance de l’alternance pour les entreprises privĂ©es et employeurs publics (notamment avec la mise en place de la nouvelle formation d’Agent Technique de DĂ©chèterie par l’AREPSHA-CREPSE en mars 2015).

David Mazoyer a ensuite conclu de manière positive en Ă©grenant les sujets d’importance qui concerneront l’ensemble des salariĂ©s, partenaires et usagers dans les annĂ©es futures, Ă  commencer par le projet phare, la rĂ©novation des bâtiments qui durera cinq ans, avec un dĂ©marrage des travaux prĂ©vus en fin d’annĂ©e 2015 pour un montant avoisinant les sept millions d’euros. Le passage de la rĂ©munĂ©ration stagiaire Ă  la RĂ©gion RhĂ´ne-Alpes, la rĂ©forme de la formation professionnelle et surtout les modalitĂ©s de l’Ă©laboration du nouveau projet d’Ă©tablissement 2015-2020 sont enfin autant de thèmes qui ont permis Ă  tous les protagonistes de se projeter avec ambition et sĂ©rĂ©nitĂ©.

Cidre et galettes des rois sont venues clore la journĂ©e par un temps de convivialitĂ© que n’a pas reniĂ© la grande famille de l’AREPSHA-CREPSE, aussi gourmande qu’assidue.

>>> Cliquez ICI si vous souhaitez consulter le bilan complet du projet d’Ă©tablissement 2010-2015

Nos professionnels formĂ©s Ă  la rĂ©ponse aux appels d’offre

Les 19 et 20 mai 2014, huit professionnels de notre Ă©tablissement ont suivi une formation aux appels d’offre sous la houlette de Gisèle Cardot, avec un double objectif.

20140520_084830D’une part poursuivre le plan de montĂ©e en compĂ©tences du collectif de l’AREPSHA-CREPSE dĂ©fini dans le cadre du projet d’Ă©tablissement et d’autre part prendre la mesure du cadre lĂ©gislatif, mĂ©thodologique et organisationnel en matière de rĂ©ponse aux marchĂ©s publics de la formation professionnelle.

Le tout pour rĂ©pondre au mieux Ă  l’ensemble des exigences requises lors de la rĂ©ponse Ă  un appel d’offre, marchĂ©s sur lesquels le CREPSE a fait le choix de se positionner depuis de longs mois dĂ©jĂ .

Il s’agissait de la première session organisĂ©e sur cette thĂ©matique mais devant le succès de cette professionnalisation des plus utiles, une autre session est d’ores et dĂ©jĂ  prĂ©vue en septembre 2014, cette fois-ci ouverte aux salariĂ©s d’autres structures tels que des organismes de formation et en particulier d’autres Centres de RĂ©Ă©ducation Professionnelle.

L’Ă©tablissement travaille actuellement Ă  la rĂ©alisation d’un catalogue rĂ©pertoriant l’ensemble des offres de formation que nous sommes susceptibles de proposer aux employeurs, salariĂ©s ou dirigeants.

Vous aurez ainsi une vision beaucoup plus complète de nos prestations en matière de sensibilisation au handicap, de maintien dans l’emploi, de tutorat, de bilan d’orientation professionnelle, d’accompagnement dans l’alternance ou encore d’Ă©tude de postes.

Le tout devrait ĂŞtre ficelĂ© dans le courant de l’annĂ©e 2014, nous ne manquerons pas de vous informer dès que ce guide verra le jour. D’ici lĂ , n’hĂ©sitez pas Ă  nous joindre pour toute question, un devis sur-mesure sera rĂ©alisĂ© par nos Ă©quipes.

Un colloque sur la question de la lésion cérébrale le 5 décembre 2013

Le deuxième colloque Resaccel 42, le rĂ©seau d’accompagnement des personnes cĂ©rĂ©brolĂ©sĂ©es de la Loire, composĂ© de structures sanitaires et mĂ©dico-sociales du dĂ©partement aura lieu le 5 dĂ©cembre 2013 de 17 Ă  20 heures Ă  Saint-Étienne.

AFFICHE COLLOQUE RESACCEL 42 - 5 dĂ©cembre 2013L’AREPSHA-CREPSE est bien entendu adhĂ©rent Ă  Resaccel et particulièrement investi dans ce collectif, notamment par l’intermĂ©diaire de son dispositif UEROS (UnitĂ© d’Evaluation, de RĂ©entraĂ®nement et d’Orientation Sociale et/ou professionnelle) et de son personnel expert dans l’accompagnement de la personne victime d’une lĂ©sion cĂ©rĂ©brale acquise.

Le thème du colloque « Face aux troubles du comportement de la personne cĂ©rĂ©brolĂ©sĂ©e, osons et innovons » s’efforcera de balayer l’ensemble des champs personnels, mĂ©dicaux, sociaux et professionnels autour de ce handicap.

Nous vous y attendons nombreux !

> Entrée gratuite, ouvert au grand public et aux professionnels, inscription obligatoire auprès de Nelly Montrobert : contact-loire@resaccel.fr

Le CREPSE en séminaire à Saint-Victor-sur-Loire

Ă€ l’initiative de la direction du CREPSE, salariĂ©s et dĂ©lĂ©guĂ©s des usagers se sont rĂ©unis toute la journĂ©e du 12 septembre 2013 au château de Saint-Victor-sur-Loire, Ă  quelques encablures de Saint-Étienne. Un cadre propice Ă  l’Ă©change et Ă  la rĂ©flexion, la journĂ©e ayant pour but d’Ă©voquer trois grands thèmes, primordiaux dans l’Ă©volution de l’Ă©tablissement : la dĂ©marche projet dans le cadre de l’accompagnement de l’usager, la crĂ©ation de centres ressources et enfin le rĂ´le du rĂ©fĂ©rent de parcours.

Dense et particulièrement intéressant, le programme a notamment fait la part belle aux présentations théoriques des notions, appuyées par des cas pratiques exposés par quelques-uns des salariés du CREPSE.
Des groupes de travail ont ensuite Ă©tĂ© mis en place afin que chacun puisse Ă©changer sur ces diffĂ©rentes thĂ©matiques et s’exprimer, y compris les reprĂ©sentants des usagers dont la parole et les avis sont source de progression.

Après un repas pris en commun dans la bonne humeur et un après-midi studieux, la journĂ©e s’est conclue par une synthèse de l’Ă©quipe dirigeante d’après les remontĂ©es d’information des diffĂ©rents groupes constituĂ©s.
L’occasion de faire part de dĂ©cisions importantes, tant en matière de formation que d’Ă©chĂ©ances, dans la volontĂ© toujours intacte de valoriser les compĂ©tences et l’expertise du CREPSE, au service de l’usager, plus que jamais placĂ© au cĹ“ur du dispositif.

Une montĂ©e en puissance d’ici janvier 2016 qui devrait encore permettre Ă  l’Ă©tablissement de progresser dans la prise en compte du handicap et ainsi de rappeler son extraordinaire capacitĂ© Ă  se renouveler et innover.

Les troubles DYS au centre des attentions du CREPSE

A la demande de la direction du CREPSE, les Ă©quipes mĂ©dicales, paramĂ©dicales et pĂ©dagogiques de notre Ă©tablissement ont instaurĂ© un observatoire pour Ă©tudier et analyser les spĂ©cificitĂ©s des troubles DYS et leur compensation. Le tout en s’appuyant sur une Ă©tude de terrain auprès de jeunes DYS, et moins jeunes.

L’objectif Ă©tait ainsi de repĂ©rer les stagiaires DYS reçus au sein du CREPSE mais Ă©galement d’interroger quelques professionnels, Ă©galement atteints de DYS, avec trois missions dĂ©coulant de la formalisation de ce panel :

– RepĂ©rer les compensations mises en place par ces personnes

– Voir comment on peut accompagner les jeunes qui arrivent sur le marchĂ© de l’emploi, pour les outiller dans leur vie professionnelle

– AmĂ©liorer l’information du personnel du CREPSE et l’accompagnement proposĂ© Ă  ce public par des outils concrets.

L’enquĂŞte de l’observatoire s’est appuyĂ©e sur deux groupes de personnes adultes :
– 8 dyslexiques (Trouble spĂ©cifique de dĂ©veloppement du langage Ă©crit, gĂ©nĂ©ralement accompagnĂ© de dysorthographie).
– 3 dyspraxiques (Trouble d’acquisition de la coordination motrice)
– 1 avec les deux troubles

Chez les adultes reçus, les troubles DYS ont été révélés au cours d’une reconversion professionnelle liée à une autre problématique.

L’enquĂŞte a dĂ©montrĂ© que ces personnes, dĂ©jĂ  insĂ©rĂ©es dans le monde du travail et faisant partie de gĂ©nĂ©rations plus anciennes ont Ă©tĂ© initiatrices et actrices de leur parcours avec une rĂ©elle inventivitĂ©. On peut parler d’intelligence adaptative. Elles ont parfois eu recours Ă  une professionnalisation plus technique mais ont en commun cette formidable capacitĂ© Ă  se projeter.

Les jeunes DYS, en revanche, ont intégré leur handicap dans leur identité, avec un repérage vers 5 ans, une prise en charge au niveau de la scolarité, de nombreuses aides extérieures, une compensation de tous les instants par des équipes médicosociales spécialisées.

Ce qui induit des difficultĂ©s pour le passage dans la vie professionnelle par manque d’autonomie et des capacitĂ©s d’initiative et de crĂ©ativitĂ© pas suffisamment exploitĂ©es. Ces jeunes DYS sont bien souvent en attente d’une solution venant de leur environnement, ou d’un poste professionnel adaptĂ© spĂ©cifiquement Ă  leur problème.

Quels constats et quelles perspectives ?
> Différence énorme entre le monde scolaire et le monde professionnel
> Mieux repérer pour mieux accompagner
> Aider les jeunes à retrouver des capacités de créativité
> Étoffer le partenariat
> Croiser les regards de différents professionnels

L’objectif de cet observatoire pilotĂ© par le CREPSE est de mettre en place un protocole et de trouver des solutions dans la prise en compte des troubles DYS. Des solutions sont possibles et la diffĂ©rence de comportement vis-Ă -vis d’un mĂŞme handicap par deux gĂ©nĂ©rations opposĂ©es est Ă©vidente.

Cela impacte forcĂ©ment le parcours et l’insertion professionnelle des jeunes DYS qui souffrent de ne pas avoir un comportement davantage assertif. Sans faire de gĂ©nĂ©ralitĂ© car il y a des contre-exemples dans chacun des groupes Ă©tudiĂ©s, on peut tout de mĂŞme conclure en disant que la capacitĂ© d’adaptation et de crĂ©ativitĂ© des personnes souffrant de troubles DYS est moindre s’ils sont totalement pris en charge par leur environnement. Et c’est sans doute un Ă©cueil plus important encore que le trouble DYS en lui-mĂŞme.

Cela implique donc Ă  l’avenir la poursuite de ce travail approfondi dĂ©butĂ© par l’observatoire, le recoupement et la vĂ©rification d’informations complĂ©mentaires, et la mise en place de stratĂ©gies coordonnĂ©es pour essayer de faire des situations « rĂ©solues » des cas duplicables.

En bref, il existe encore tout un pan, un champ de savoirs inexplorĂ©, et le CREPSE souhaite continuer dans cette voie pour l’Ă©tudier et le restituer, dĂ©couvrir les bonnes pratiques et surtout les transmettre, toujours dans l’intĂ©rĂŞt de la personne en situation de handicap.
Les professionnels du CREPSE réitèrent ainsi leur volonté d’ouvrir le champ d’investigation aux jeunes travailleurs handicapés en général, y compris ceux souffrant d’autres pathologies comme les troubles neuromusculaires, psychologiques ou une lésion cérébrale acquise. Le principal objectif pour chacun d’entre eux étant de gagner en autonomie, en maturité, en assurance et en technicité pour s’ouvrir les portes du marché de l’emploi, malgré un manque de compétences reconnu par les employeurs.